jeudi 27 février 2014

La saint Valentin d'une difficile (recette inside)

J'ai quelque chose à t'avouer. L'Homme n'est pas si terrible que ça.
Ok il ne connaît pas très bien le concept de rangement et il n'est pas encore familiarisé avec l'éponge à vaisselle, mais il n'est quand même pas si mal (heureusement) (je lui ai fait un enfant).

Il y a deux semaines, c'était la Saint Valentin. Je ne t'apprends rien. Mais qui dit saint valentin + bébé dit tu ne prendras pas ton pied tu ne passeras pas la soirée tranquille, les pieds sous une table joliment dressée.
Même s'il y aurait des pauses-tétines-biberons-câlins, on avait quand même envie de se préparer un bon petit repas (c'est la moindre des choses) (déjà qu'on n'a pas eu de cadeaux).
L'Homme a pris les choses en mains (et non mes choses) et s'est mis à cuisiner.
Pendant ce temps-là, j'ai pu me détendre, bloguer, regarder plus belle la vie donner le bain et préparer le bib.

Avant de poursuivre, je dois te mettre en garde. Je suis chiante (tu le sais déjà). Gustativement parlant, je suis légèrement moins difficile qu'il y a quelques années, mais j'ai toujours HORREUR des produits de la mer. Je n'aime pas non plus le sucré-salé. Et je n'apprécie pas franchement le goût de la noix de coco.
Il m'a préparé un plat à base de crevettes et crème de coco.
Pas franchement emballée la valentine, mais bon, testons.

Révélation.


C'est de la tuerie.

mercredi 26 février 2014

La sortie

Il y a des choses comme ça que tu appréhendes. Ta première fois, accoucher, regarder Allô Nabila. Et puis il y a aussi ces premières fois après un bébé. Le retour à la maison, la première nuit dans sa chambre, et la première sortie sans lui.
Puis je me projette dans l'avenir et je me dis que quel que soit l'âge de tes enfants, les laisser fait toujours un pincement au cœur (pendant cinq minutes) (après on est content).

J'imagine mes futures soirées en amoureux, juste avant de laisser ma crevette (et les autres, s'il y en a), quand...


L'Homme lui expliquera que papa et maman vont sortir


Quand il demandera s'il peut venir avec nous

mardi 25 février 2014

Mon quotidien n'a pas de routine (Projet 52)

On nous a rabâché tout le long de ma grossesse qu'il faut penser à rester un couple, à ne pas s'oublier avec l'arrivée du bébé et le temps qui passe à 2000.
On nous l'a dit, on le sait, on le constate. Et je trouve qu'on se débrouille plutôt pas mal.

Ok, les grasses mat', les soirées films jusqu'à 3h, les douches de vingt minutes, les sorties improvisées sont bien loin, mais on a réussi à trouver notre petit rythme sans trop de mal. C'est différent, on a moins de temps, mais il est meilleur.
Cette semaine, le thème du projet 52, c'est LE QUOTIDIEN. Et cette photo, crois pas que c'est vraiment mon quotidien. Je ne passe pas mes matinées au lit avec petit dej' et bébé qui dort dix heures de suite en option. Non. Mais notre quotidien, ce sont les petites attentions et le temps optimisé.



C'était dimanche. Normalement le dimanche, une fois par mois on va bruncher dans un endroit super génial (je t'en parlais ici). Mais ce jour-là, l'Homme travaillait (et oui, travail ingrat mon petit chat). Du coup, pour se consoler (et surtout pour que j'arrête de me plaindre et de regarder les photos de ce qu'on manquait), il a décidé de nous faire des pancakes. Plutôt cool le type, je l'admet.

Quoiqu'il en soit, mon quotidien, j'y tiens. (Rime bidon) (je me casse).


Laurie, bruncheuse-boudeuse

lundi 24 février 2014

Divergence de points de vue

On le sait, les hommes et les femmes, c'est différent. On l'apprend à l'école, on le voit dans la rue, on le ressent quand on a des papillons dans le ventre. Mais la différence, elle est pas que dans le slip. C'est dans la tête aussi. Je dirais même surtout.


Est-ce que tu as déjà eu l'impression de parler un langage différent de ton homme? Je ne fais que supputer (oui, j'aime bien ce verbe), mais est-ce qu'il ne feraient pas exprès de ne pas comprendre ce qu'on leur dit?
Un peu comme si:
La cuvette des chiottes elle se baisse bordel à cul voulait dire mon chéri je me suis mouillé les fesses, je dois traverser l'appart sans culotte.
Ou encore: Putain la vaisselle déborde, t'as même pas étendu la lessive et ma mère vient manger à midi voulait en fait dire mon petit coquin, t'es vraiment un homme viril, prends-moi maintenant, ça m'excite.

samedi 22 février 2014

Kangourou-mum, le retour (Concours) CLÔTURE

Coucou les p'tits loups.


Je vous l'ai promis, je le fait. Voilà un petit concours qui devrait vous faire plaisir (sinon tant pis pour vous).

J'ai remarqué le nombre important de participations quand j'ai organisé le concours pour gagner une écharpe de portage ou un sling (ici). Hélas, il n'y a eu qu'une gagnante.
Comme je n'aime pas vous voir tristes (et que je suis une nana plutôt sympa), j'ai décidé de remettre ça.

Je vous ai parlé de le marque Je porte mon bébé () et vous êtes nombreux à l'apprécier. J'ai moi-même acheté une écharpe et peu de temps après, j'ai reçu une petite écharpe sans nœud à tester. On est deux, mais on n'a qu'un seul bébé, donc je vous propose de gagner cette PESN.




Pour ça les copains, il faut:
- Aimer la page Facebook du blog (si c'est pas déjà fait)
- Partager le concours
- Et surtout me dire en commentaire (sur le blog, Facebook ou par pigeon voyageur) que tu participes.

Tu peux aussi aller liker Je Porte Mon Bébé. Plus on est de fous, plus on rit (expression bidon) (je suis fatiguée). Surtout que quand on sera 300, je vous réserve un autre concours avec une Lauribox. Et ouais, j'ai inventé une box à mon nom. Jalouse.

Début du concours: 22 février 2014
Fin des participations:  3 mars 2014 à minuit

Laurie, mère-Noël


Et la gagnante est ...



Suspense insoutenable ...


vendredi 21 février 2014

Le sourire

Ou l'histoire d'un géniteur absent...


J'avais 13 ans.
C'était l'été, et comme chaque année, je devais aller passer un mois avec lui. Je dis "je devais" parce que je n'en avais pas envie. Mais la loi, c'est la loi. Celle des adultes qui ne prend pas en compte la souffrance des enfants. La moitié des vacances scolaires et pour le nouvel an.
Ça aurait pu être génial. J'aurais pu profiter de lui, on aurait pu se promener, rattraper le temps où on ne se voyait pas, parler, rire. Au lieu de ça, je me retrouvais au centre d'une moitié de famille qui me faisait payer un divorce qu'ils ne comprenaient pas. J'étais là, jeune, timide, coupable.

jeudi 20 février 2014

La tour de Babel (Projet 52)

Si tu viens ici de temps en temps, tu sais que je participe au projet 52. Cette semaine, le thème m'a fait me replonger quelques temps en arrière.
Le thème, c'est LIRE.

Il m'a fait penser à deux choses.

A ma vie d'étudiante puisque j'étais à la fac de Lettres. Du coup, Voltaire, Rousseau et Beckett n'ont plus de secrets pour moi. Je déconne, j'ai presque tout oublié.

Ils sont dans l'attente d'une place en bibliothèque

Mais en ce moment, comment te dire que je ne trouve pas vraiment le moyen de me plonger dans un bouquin. Je n'arrive pas à suivre l'histoire et je relis quatre fois la même phrase après chaque tétine remise. Et comme j'aime bien les pavés, je n'avance pas et ça me gonfle.

Mes lectures du moment elles sont sur la blogo. J'ai mes préférées, celles que je vais voir tous les jours au-cas-où-il-y-a-un-nouvel-article-secret, mais j'aime bien aussi en découvrir de nouveaux, où j'ai parfois de bonnes surprises (mais pas toujours). Du coup je me retrouve souvent avec des tonnes d'onglets ouverts, mais j'adore ça, ça me fait de la lecture pendant le biberon de 3h (et celui de 5h, de 7h, de 7h30 parce-que-j'ai-perdu-ma-tétine ...).


Sinon, j'ai bien ma petite bibliothèque philosophique (Closer, Public, Be...) mais je voudrais pas te complexer.


Laurie, généreuse

mercredi 19 février 2014

La blessure

C'est arrivé hier soir. Je ne m'y attendais pas. L'Homme non plus.

On venait de passer une soirée tranquille, ce qui veut dire, quand tu es jeune parent, que tu as pu finir toute ton assiette (froide) en ne te levant QUE huit fois pour remettre la tétine. On avait même mis un film et on était lovés l'un contre l'autre sur le canapé. La crevette s'était endormie, tout était parfait.
Un bon repas, un dessert bien gras, de l'amour et du silence. La soirée de rêve.

Et pourtant, tout a basculé en un quart de seconde. On allait se coucher, on avait préparé les biberons pour la nuit, remis le berceau à sa place et programmé le chauffage dix minutes avant. J'étais en train de m'enfiler le dernier carré de chocolat en douce quand j'ai entendu ce gros boum, suivi d'un cri tonitruant. J'ai failli m'étouffer avec le Milka tant j'ai eu peur.
J'ai accouru dans la chambre et je l'ai vu là, le visage défiguré par la douleur. J'ai compris. J'ai eu peur, je le voyais avoir mal, il commençait à divaguer et à parler d'amputation. Je crois même avoir vu une petite larme nichée au coin de son œil. Je l'aime tellement, on a traversé des épreuves ensemble. Non, il ne peut pas m'abandonner.
Pas maintenant.
Pas comme ça.
Pas pour ça.

Pourquoi je suis (presque) une connasse

Quand tu vois une nana bien roulée, habillée comme si elle venait tout droit de chez Cristina Cordula, qui sourit de toutes ses dents bien blanches en mettant sa main manucurée devant sa bouche, ça te fout les boules. A moi aussi. Rien que pour ça, tu te dis que c'est une connasse. Je ne suis pas cette nana, mais je suis (un peu) une connasse quand même.


J'ai pas eu une seule vergeture. 
J'en ai eu cinq. Trois jours avant mon accouchement.
(source: bébé en route)


J'ai tout pris dans le ventre et les seins. 
Mais j'ai pris vingt kilos.
(source: tepee)

lundi 10 février 2014

Faire l'amour (Projet 52)

L, is for the way you look at me, 
O, is for the only one I see,
V, is very very extraordinary,
E, is even more than anyone that you adore.

(la chanson dans la tête, c'est cadeau)

Cette semaine, le thème du projet 52 donne dans la guimauve. Le genre méga-coulant coulé dans une coque coulante. Bref, L'AMOUR.

J'ai pensé à te parler de mon chat, mais c'est bizarre quand t'es maman.
Voilà ma photo dégoulinante d'amour et de bonheur:

Je t'avais prévenu.


Tu vois, on dit "faire l'amour", et au final c'est ça. Tu donnes vie au fruit de ton amour (je sais pas si t'es au courant, mais j'étais Victor Hugo dans une autre vie).


Laurie, mangeuse de guimauve

dimanche 9 février 2014

Top 10 des endroits insolites où on l'a fait

Si tu découvres ce blog, je tiens à te préciser que je ne suis pas une auteure érotique, ni une vendeuse de sextoys. Non, ce n'est pas mon métier, mais aujourd'hui, j'ai eu envie de te parler des endroits inhabituels où on l'a fait. Ne fais pas ta mijaurée, je suis sûre que tu te retrouveras dans certains lieux.

- Au lit
Bon, c'est un classique mais une valeur sûre, ça marche à chaque fois.

- Dans toutes les pièces de la maison en fait
Et certaines se révèlent plus pratiques que d'autres, parce que debout, accoudée au plan de travail, c'est pas le top.

- Chez la belle-mère
Je ne sais pas si elle le sait, sinon elle l'apprend (coucou).

mercredi 5 février 2014

Les convictions post-accouchement

Après vous avoir fait un article sur les convictions pré-grossesse (ici), voici mes convictions post-accouchement, qui se sont toutes faites exploser, je tiens à le dire.

On aura un rythme fixe
En théorie:
18h le bain,
19h le bib,
20h le lit et on dort jusqu'à 5h.

(Ha-ha-ha)

Le vrai rythme:
18h Le bain (ou plus tard, si on est allés en courses, ou qu'on a fait la sieste) (je rigole, je connais pas la sieste)
18h20 C'est marrant de faire caca quand je suis propre
18h30 Début du bib
18h33 Je rote
18h34 Je m'étrangle à force de hurler pour qu'on me rende mon bib
18h40 Je m'endors
18h45 On me pose dans mon berceau
18h55 J'ai fait croire à maman que c'était bon, mais j'ai bien envie de remanger un ptit coup
19h10 J'ai fini mon bib
19h11 J'ai les yeux ouverts et j'ai envie de regarder tout autour de moi
19h20 Ça m'énerve, ça bouge pas assez
19h22 Maman a compris, elle marche, c'est trop cool
19h35 Maman a mal au dos, elle s'assois
19h36 Je hurle

mardi 4 février 2014

Le secret (Projet 52)

Aujourd'hui, je vais te révéler un scoop. Mais d'abord, je dois être sûre que tu sais garder les secrets. Si tu ne t'en sens pas capable, vas, je ne t'en voudrais pas.

Si tu es toujours là, c'est que tu sais tenir ta langue (ou que t'es une curieuse). Alors voilà, attention, je vais le dire (tintintintin) (roulements de tambour): JE SUIS GOURMANDE.

Voilà, c'est dit.

Je sais, tu ne t'en doutais pas. J'adore manger, surtout du sucré. Je préfère m'habiller avec mes anciens vêtements en 12 ans que de me priver sur la bouffe.
Sauf que voilà, gourmande et grossesse, ça marche. Gourmande et accouchement, bof bof (ils ont dit non quand j'ai demandé un maxi best of). Mais gourmande et retour à la maison, ça marche pas. Pas du tout.

Parce que quand tu vas à ton rendez-vous chez le gynéco, un mois après ton accouchement, et que t'as pas franchement tout perdu, il te regarde de travers. Alors tu fais ta petite mine dépitée "je-ne-comprends-pas-je-ne-mange-rien", mais il connaît ce mensonge. Il l'entend à chaque consultation.


J'ai pensé à faire attention, à compter les calories et à me régaler avec une feuille de salade et une pomme. Mais en fait, je l'emmerde la balance. Parce que pour rien au monde je ne renoncerai à mon petit plaisir quotidien (et c'est le thème de la semaine du projet 52, ça tombe bien): LE GOÛTER.


Je n'ai pas un goûter type. Ce qui est sûr, c'est que ça ressemble pas à ceux recommandés sur les boîtes de gâteaux (1 ou 2 biscuits, une pomme et un verre de lait). C'est plutôt le paquet de gâteaux et son voisin, des m&m's et un coca pour arroser le tout.
Parfois, quand j'ai le courage, je fais un gâteau. Et là, c'était le tour du paris-brest.

Mais non j'y ai pas passé 3 heures


Si je te dis qu'il a vécu six heures, cuisson comprise, tu le crois?


Laurie, sucrovore